Rone, mon héros

Image

Ce pourrait être une déclaration d’amour, du moins cela s’en approche. Il est entré dans ma vie comme « Elle » pourrait le faire. Sa musique, l’ambiance qu’elle dégage, m’apportent quelque chose de l’ordre de l’orgasme musical. Lui, c’est Rone.

Découvert peu de temps après la sortie de son dernier album « Tohu Bohu » en novembre 2012 grâce au lyonnais Agoria et son label Infiné, Rone est pour moi une idole, une rockstar. Délivrant un son à la fois épuré et extraordinairement puissant, il représente ce qui m’attire dans la musique électronique: un mélange de lignes mélodiques entêtantes et de rythmiques travaillées.

« Bye Bye Macadam », les ingrédients d’un tube

« Bye Bye Macadam doit être sympa à écouter au casque très fort en marchant dans les rues tristes d’une ville européenne en automne » écrit un chroniqueur de Soul Kitchen, magazine musical en ligne. Je rajouterais que ce morceau emblématique du dernier album  symbolique le tube électro par excellence: un sample de voix qui ne s’oublie pas, un clip-vidéo hypnotique et une capacité impressionnante à agiter les foules en live.

Rone, une approche cinématographique du live

Souvenir. Début juin. Installé sur une scène flottante au bord d’un lac, dans le cadre du festival les Bains Numériques à Enghien, Rone délivre plus qu’un dj-set, un véritable ciné-concert. Mais, comment parler de ses clips projetés sans évoquer le travail accompli par  Dimitri Stankowicz sur « By By Macadam », graphiste ayant travaillé pour Bjork, Jean-Paul Gaultier ou encore Converse? Son noir et blanc, ses personnages féminins pris dans une transe éternelle accompagnent à merveille la composition musicale. Alors s’il est un concert, une expérience sensorielle à vivre, c’est bien celle de Rone.

Erwan Castex aka Rone

Alors oui Erwan, dans ta vie berlinoise ou de passage à Paris, continue à nous enivrer de ta musique et de tes lives: la minimale, la sphère électro en générale, les mélomanes t’en sont reconnaissant.

Rone en live: Le 9 juillet au Montreux Jazz Festival, les 17&18 juillet à Biarritz, le 20 juillet au festival des Vieilles Charrues à Carhaix.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s