Le Hang, instrument de tout les possibles

Image

Avec son allure de soucoupe volante ou de wok, c’est selon, le Hang, dernier instrument de musique en date, a de quoi étonner. Percussion? Instrument mélodique? Découverte d’un objet sonore hors du commun.

Alors, Venu d’une autre planète le Hang? Loin de là. Fruits de longues années de recherches, le Hang, signifiant « main » en dialecte bernois, naît en 2000 dans l’atelier de Felix Rohner et Sabina Schärer à Berne en Suisse. Le couple de créateur aurait souhaité la fusion de deux percussions existantes: le gatham indien (percussion en forme de vase) et le steelpan des Caraïbes (« tambour d’acier »). Composé de sept ou huit notes, le Hang produit un son cristallin et planant: rapidement, le succès de l’instrument ne se limite plus aux frontières suisses et des musiciens du monde entier s’intéressent à ce nouveau venu.

Du succès à la mystification 

Après avoir pendant un temps diversifié leurs points de vente, d’Israël à l’Australie en passant par les États-Unis,  Felix Rohner et Sabina Schärer, fabriquant artisanalement chaque instrument, ont décidé que dorénavant les Hanghang (pluriel de « hang »), ne serait plus vendus que par leur intermédiaire, après la signature par l’acheteur d’une convention où il s’engage à ne pas revendre l’instrument.

Avec la rareté de l’instrument, combinée à sa forme et sa sononité mystique, un certain culte s’est développé autour du Hang, une véritable communauté se créant via des forums sur le web. Mais, cette mystification est aussi le fait des créateurs eux-même: en effet, ceux-ci refusent d’y voir un simple instrument de musique, le définissant comme une porte vers une exploration métaphysique.

Le Hang, musiciens et modes de jeu

Malgré tout, de nombreux musiciens s’emparent de l’instrument suisse et développent leurs propres techniques de jeu. Parmi eux, souvent des percussionnistes intéressés par la liaison percussive/mélodique du Hang: on peut citer l’autrichien Manu Delago, ayant récemment accompagné la chanteuse Bjork sur sa dernière tournée, le français David Charrier, s’étant fait connaître en postant des vidéos en duo avec son cousin vues des millions de fois sur Youtube, ou encore l’allemand David Kuckhermann. On a aussi pu apercevoir le Hang dans des groupes de jazz tels que les anglais de Portico Quartet ou les français du Hadouk Trio.

Deux manières de jouer du Hang peuvent être adoptées: utiliser des baguettes, délivrant un son plus feutré, jouer avec ses mains, permettant de développer plus de nuances mais aussi de découvrir les harmoniques que peuvent parfois délivrer l’instrument. Ainsi, c’est sans doute dans l’exploration de nouveau modes de jeu que le Hang trouve toute sa modernité, sorti du carcan que l’on voudrait trop tôt lui imposer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s