Ambiance du Tour

Image

Le Tour de France, c’est un rendez-vous avec ses rituels, ses habitués, sa caravane. Abécédaire non-exhaustif de la « Grande-Boucle ».

  • Accordéon

Il est de toutes les éditions. La preuve en est, on ne peut dissocier le Tour de France de la figure tutélaire d’Yvette Horner, ou encore de celle d’André Verchuren qui vient de nous quitter. Immortalisé par Sylvain Chomet dans son film d’animation « Les Triplettes de Belleville », l’accordéon représente le summum de l’esprit de cet évènement sportif dont on fête cette année le centenaire: un rendez-vous gentiment franchouillard.

  • Caravane

On pourrait la croire sortie du Sahara ou d’un camp de gitans mais elle n’en a que le nom. Que ce soit une marque de bonbon, de rasoir, de saucisson ou d’eau minérale, la caravane a le pouvoir de transformer le public de la « Grande Boucle » en prédateur aguerri. Il suffit qu’une casquette Cochonou ou qu’un porte-clef Vittel soit lancé pour que la foule en délire se pousse, se chahute afin d’obtenir le glorieux trésor.

  • Échappée

Au départ, on est interloqué. À moins d’être un féru de cyclisme, son utilisation à outrance par les commentateurs sportifs, les consultants en tout genre conviés par les radios surprend. À quoi les coureurs peuvent-ils bien échapper? Une fois que le sens est compris, on saisit son intérêt: c’est un mot-valise. Il suffit qu’un cycliste de l’équipe Festina prenne de l’avance sur le peloton pour que le terme soit repris par l’ensemble de la masse médiatique. « Hola, tu l’as vue la belle échappée Bernard? » peut-on alors entendre au bord des routes.

  • Grimpeur

Lorsqu’arrive l’ascension de l’Alpe d’Huez ou du Mont-Ventoux, il peut sortir ses griffes: lui, c’est le grimpeur. Traversant avec ennui les paysages plats de Normandie, il se rêve triomphant au sommet d’une montagne. Leurs noms sont gravés dans le Panthéon du Tour: en compétition avec les sprinters, il a le mérite de la constance. De René Pottier en 1905 à Thomas Voeckler en 2012, les meilleurs grimpeurs ont tout de même le droit à un exercice de style propre au Tour de France: un maillot blanc à pois rouges.

  • Village-départ

Pour les petites villes de campagne, c’est l’évènement de l’année. Il se prépare pendant des mois, la municipalité revêt ses plus beaux atouts: pendant quelques heures, au début de l’été, elle sera au centre de l’attention de la France entière. Là, la télévision installe ses caméras, ses présentateurs-vedette, des chanteurs ou romanciers en mal de notoriété. Pour les habitants, c’est à un flot d’hélicoptères, de voitures et de camions auquel il faut s’habituer. « Oh mais regardes, regardes-bien Micheline, c’est Gérard Holtz derrière le grillage, Y’ parait bien plus vieux qu’à la télé! » pourront dire certains. Le Tour, c’est d’abord ça: du spectacle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s