Un oeil sur #1: Clément Bénech, romancier

053-1

  • Comment t’est venue ta passion pour la littérature?

Tout à fait par hasard, en soulevant une frite. Non, j’ai la chance d’avoir une grand-mère qui m’a appris à lire, et depuis j’aime les histoires.

  • J’ai lu que tu as eu ta « période basket » à l’adolescence. Qu’en est-il aujourd’hui?

Allen Iverson et Tracy McGrady ont pris leur retraite en quelques jours, ça fait quelque chose. Et mon joueur préféré, Richard Jefferson, est sous-employé… Je continue à suivre, donc ! Avec moins d’ardeur qu’avant, toutefois…

  • Être publié chez Flammarion à seulement 22 ans, ça fait quelque chose?

Tout à fait. Par exemple, je ne peux plus sortir de chez moi sans mes lunettes noires.

  • Parles-nous un peu de ton roman, « l’été slovène »…

C’est un roman d’amour, il y a un chat, un lac, des beignets à la fraise, un couple est comparé tantôt à une presqu’île, tantôt à des moustiques, tantôt à des moucherons… En fait, c’est un livre d’entomologie.

  • Entre les études et la littérature, les deux sont conciliables?

Il faut croire, même si là, ça va être plus compliqué. Les études de lettres se caractérisent surtout par le temps qu’on n’y passe pas.

  • Tu intègres une école de journalisme à la rentrée: écrire un article, tu l’abordes comme un roman?

Non, ça nécessite un autre lobe. Du cerveau, pas de l’oreille. Toute mon écriture littéraire étant basée sur un foisonnement dans lequel la logique entre peu, je vais devoir faire un gros effort de concentration…

  • Un Totem/objet fétiche?

Non, je n’ai pas vraiment d’objets dans ma chambre, à part un cactus que je bichonne, qu’on m’a offert pour mon anniversaire. Mais est-ce vraiment un objet ?

  • Tes coups de coeur du moment?

Jake Bugg en musique, j’ai écouté son album tout l’été. Je ne vais quasiment jamais au cinéma. Et les livres à lire cette année, le prix Médicis, Féerie générale d’Emmanuelle Pireyreet l’excellent premier livre de François-Henri Désérable, Tu montreras ma tête au peuple.

  • Le mot de la fin?

Magnanerie, parce que je voulais le mettre dans mon roman, mais finalement non.

Pour aller plus loin: Clément Bénech, « L’été slovène », Flammarion, Paris, 2013
Publicités

Une réflexion sur “Un oeil sur #1: Clément Bénech, romancier

  1. Pingback: Un oeil sur #1: Clément Bénech, r...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s