Au revoir, Mr.Miyazaki

ITALY-VENICE-FILM-FESTIVAL-GAKE NO UE NO PONYO

L’annonce a sonné comme une déflagration pour bon nombre de ses fans: à l’occasion de la Mostra de Venise, le président des studios Ghibli, Koji Hoshino, a annoncé la retraite future d’Hayaho Miyazaki, maître du dessin-animé japonais, connu en France pour « Princesse Mononoké », « Mon voisin Totoro » ou encore « Le voyage de Chihiro ». Retour sur un personnage atypique, fervent défenseur d’un pacifisme sans frontière.

Regarder un film d’Hayaho Miyazaki, c’est se confronter à une oeuvre d’animation sans commune mesure, tant son cinéma respire d’une atmosphère particulière. Son univers est peuplé de personnages énigmatiques, d’animaux personnifiés, de monstres et de sorcières. Mais, s’intéresser à Miyazaki, c’est aussi s’intéresser à l’histoire du Japon, plusieurs de ses films se déroulant pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Pacifisme au « pays du soleil levant »

Lorsqu’en 1988, il produit « Le tombeau des lucioles » de son comparse Isao Takahata, cofondateur des studios Ghibli, il défend une oeuvre noire, narrant l’histoire de deux enfants errant dans un Japon en proie aux bombardements Alliés durant la Seconde Guerre Mondiale, où la mort n’est que la seule issue possible dans un pays où la guerre apparaît comme une fatalité. Miyazaki déteste la guerre et le fait savoir: ses films représentent une image du militaire associée au mal, ce qui ne lui vaut pas que des soutiens.

Au Japon, une histoire qui ne passe pas

« Dans son allocution du 15 août, jour de la reddition du Japon en 1945, Shinzo Abe, premier-ministre japonais, a renoncé aux excuses formulées par ses prédécesseurs pour les souffrances infligées pendant la guerre aux pays voisins, Chine et Corée notamment » note aujourd’hui le journal Le Monde. C’est dans ce contexte mouvementé qu’Hayaho Miyazaki s’apprête à sortir son nouveau film, « Le vent se lève ». Le pitch: le destin de Jiro Hirokoshi, concepteur d’un avion Mitsubishi énormément utilisé durant la Seconde Guerre Mondiale. Alors que le film fait déjà un carton au Japon, les courants politiques les plus à droite du pays accusent Miyazaki de vouloir dégrader l’image du pays.

Le retrait d’un cinéaste utile

Abordant des thématiques universelles (la jeunesse, l’amour, la guerre,…) par un style à la fois coloré, ludique et profond, Hayaho Miyazaki a permis à un public double, enfant et adulte, de se retrouver au travers de ses films d’animations. Présenter Miyazaki comme un « cinéaste engagé » serait réducteur: utile est plus juste. En effet, le cinéma est souvent moyen imagé  de délivrance d’un message: par son antimilitarisme forcené, l’artiste japonais a su trouver le juste dosage pour toucher son public. Walt Disney a même décidé de distribuer ses films à l’étranger, preuve que son pacifisme n’a vraiment pas de frontières.

Publicités

2 réflexions sur “Au revoir, Mr.Miyazaki

  1. Chouette article. Un peu court pour lui rendre pleinement hommage. Quelle tristesse qu’il prenne sa retraite…
    Et Porco Rosso, Le Château dans le Ciel, …. Je compte ces films parmi mes préférés avec Le Voyage de Chihiro ; le premier que j’ai vu, et au cinéma, de ce grand réalisateur, ce qui lui confère toute l’importance de mon enfance.

    Bonne continuation à toi !

    • Merci pour ton commentaire! J’aurais dédié à Miyazaki un article plus long mais comme je suis en stage en ce moment, j’ai de moins en moins de temps pour mettre à jour le site. J’aurais d’ailleurs parlé de « Porco Rosso » si j’avais pu, c’est un de mes films préférés!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s