Revue de presse #10: l’emprisonnement vu d’ailleurs

Guan

  • Liban: « Un militant anti-Guantanamo nourri de force devant la Maison-Blanche », 7 septembre 2013, L’Orient le Jour

Un Américain, en grève de la faim en solidarité avec les détenus de Guantanamo, s’est livré hier, devant la Maison-Blanche, à la procédure d’alimentation forcée utilisée dans la prison afin de « rendre visible une torture qui a lieu dans l’ombre ».

  • Russie: « Réforme pénale en France: Valls et Taubira à couteaux tirés », 16 aout 2013, Ria Novosti

Un nouveau scandale a éclaté au sein du gouvernement français. Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls et la ministre de la Justice Christiane Taubira se sont affrontés publiquement suite aux différends sur la réforme pénale, écrit vendredi 16 août le quotidien Kommersant.

L’opposition exige du président de limoger l’un des ministres. Selon les experts, Valls serait en meilleure posture, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

Le scandale qui a éclaté aujourd’hui a été initié dès juillet. Mois de juillet qui a d’ailleurs été critique pour le gouvernement socialiste. Pour commencer, le président François Hollande et le premier ministre Jean-Marc Ayrault ont mis à pied la ministre de l’Ecologie Delphine Batho. Valls a ensuite décidé de se plaindre de sa collègue Taubira auprès du président. Le ministre de l’Intérieur n’est pas satisfait par la réforme pénale imposée par le ministère de la Justice. N’arrivant pas à persuader la ministre intransigeante, Valls a écrit au président le 25 juillet.

La lettre devait rester personnelle (Valls n’avait pas envoyé la copie à Taubira et elle n’en savait rien), mais en août elle est devenue de notoriété publique. Le Monde a réussi à mettre la main sur ce document et l’a publié. Dans cette lettre, Valls a souligné son profond désaccord avec la réforme de Taubira.

Christiane Taubira fait partie des ministres les plus à gauche du gouvernement de gauche.

  • Algérie: « Il avait plaidé coupable pour échapper à la peine de mort », 5 septembre 2013, El Watan

Ariel Castro a été retrouvé pendu dans sa cellule, mardi soir, selon le service pénitentiaire de l’Ohio cité par la chaîne KTLA de Los Angeles.

Le «tortionnaire de Cleveland», Ariel Castro, qui avait choqué les Etats-Unis pour avoir séquestré, battu et violé, pendant une décennie, trois femmes, s’est «apparemment» suicidé et a été retrouvé, mardi soir, pendu dans sa cellule, selon l’administration pénitentiaire. Ariel Castro, 53 ans, avait été condamné, il y a un peu plus d’un mois, le 1er août, à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une peine de 1000   ans de prison. Il était incarcéré dans la prison de la ville d’Orient, dans la banlieue de Columbus. «C’est apparemment un suicide», a déclaré une porte-parole de l’administration pénitentiaire de l’Ohio (Nord), Joelle Smith. Celle-ci n’a en revanche pas donné de détails sur la manière dont le prisonnier, qui était seul dans sa cellule, s’est pendu. Les services pénitentiaires de l’Ohio ont aussitôt ouvert une enquête sur les circonstances de la pendaison de celui qui était surnommé le «tortionnaire de Cleveland». Un nouveau rebondissement dans une affaire qui a profondément bouleversé les Etats-Unis, avec la révélation des sévices sexuels infligés par Castro à ses victimes.

«Monsieur, il n’y a pas de place ni dans cette ville, ni dans ce pays, ni en fait dans ce monde, pour ceux qui réduisent les autres à l’esclavage, pour ceux qui agressent sexuellement et qui brutalisent», avait fustigé le juge. Pour échapper à la peine de mort, l’ancien chauffeur de bus scolaire avait plaidé coupable de 937 chefs d’enlèvements, viols et meurtres aggravés, pour avoir mis fin à la grossesse d’une de ses victimes, en la rouant de coups. «Je ne suis pas un monstre, je suis une personne normale, je suis juste malade», avait plaidé le quinquagénaire d’origine portoricaine. Ses déclarations suivaient le témoignage poignant de Michelle Knight, qui avait raconté en pleurs, devant la cour, «l’enfer» qu’elle avait vécu dans la maison de Cleveland.
  • Iran: « Les élèves bahreinis vont en prison au lieu d’aller à l’école », 6 septembre 2013, Irib
Au seuil de l’ouverture des écoles, nombre d’enfants bahreïnis restent en  prison, a annoncé l’association de l’entente islamique de Bahreïn(Wefaq).

En établissant des contacts avec les organisations juridiques internationales, les opposants au régime des Al-e Khalifa  essaient d’obtenir une inspection onusienne concernant  la situation des droits de l’homme à Bahreïn, notamment, les droits des enfants et ils n’y renonceront pas jusqu’à la réalisation de leurs objectifs, a déclaré le haut membre du Wefaq Madjid Milad à  Al-Alam, cité par Farsnews. En réaction aux restrictions imposées aux libertés publiques et à la violation des droits du peuple, les opposants ont tenu des réunions, car ils sont d’avis que les groupes politiques doivent poursuivre librement leurs activités politiques et sociales,  a ajouté Milad. Lors des précédents pourparlers, les représentants du régime ont proposé des réunions de consultation pour faire avancer ces négociations. Mais la réalité est que le régime lui-même en imposant des restrictions et en violant les droits du peuple fait échouer ces pourparlers, a-t-il précisé.

  • Afrique: « RDC: dans l’enfer de la prison de Kinshasa », 12 octobre 2012, Jeune Afrique

Condamné à mort pour l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila, Marc Antoine Vumilia a passé dix ans en détention à la prison centrale de Kinshasa avant de s’évader. Il raconte son calvaire dans un documentaire-réquisitoire, diffusé sur Arte, avec des images prises à l’intérieur de l’établissement pénitenciaire de Makala en caméra cachée.

L’homme, qui a passé près d’une décennie à Makala, la prison centrale de Kinshasa, n’y va pas par quatre chemins : « la prison centrale est organisée comme le pays est organisé. C’est-à-dire sur la base de la corruption, sur la base de l’hypocrisie et sur la base de la violence », affirme-t-il.

Bien plus qu’un simple pamphlet politique, Adieu l’enfer est surtout un témoignage exceptionnel, celui d’un homme qui a pu, à l’aide d’une petite caméra introduite frauduleusement, filmer le quotidien de cette prison de l’intérieur. Il y raconte, face caméra, sa vie dans sa petite cellule aux murs verts où il se réfugie dans l’écriture, et qu’il doit louer au prix fort au « comité d’encadrement », sorte de mafia dirigée par les prisonniers de droits commun, qui règne en maître dans ces murs. Il montre les terribles sévices infligés par les membres de ce « comité » à d’autres détenus, la nourriture infecte qui est servie, ou encore le pavillon des « moribonds », sorte de mouroir où s’entasse, à même le sol, les prisonniers les plus mal en point.

Marc Antoine Vumilia a survécu ainsi pendant dix ans jusqu’au jour de son évasion (elle aussi filmée). Dissimulé derrière une épaisse couche de maquillage et un déguisement de femme, il a réussi à se faire passer pour une visiteuse et sortir, incognito, par la grande porte, avant de passer clandestinement à Brazzaville, de l’autre côté du fleuve.

  • Chine: « Un ancien responsable de la sécurité du travail du Shaanxi condamné à 14 ans de prison », 5 septembre 2013, Xinhua

Un tribunal du nord-ouest de la Chine a condamné jeudi à 14 ans de prison un ancien responsable provincial de la sécurité du travail qui avait été photographié en train de sourire sur le site d’un tragique accident de la route.Yang Dacai, l’ancien directeur de l’Administration de la sécurité du travail du Shaanxi, a été reconnu coupable d’avoir accepté des pots-de-vin et de détenir un nombre important de biens sans pouvoir en expliquer l’origine, indique le verdict du Tribunal populaire intermédiaire de Xi’an.

Le tribunal a saisi les 250.000 yuans de pots-de-vin et plus de 5 millions de yuans de biens dont Yang Dacai ne pouvait justifier l’origine. Il a en outre reçu une amende de 50.000 yuans (8.170 dollars).Yang Dacai n’a pas fait appel de ce verdict rendu en première instance.Lors de l’audience de vendredi, Yang Dacai a été accusé d’avoir accepté 250.000 yuans pour aider une société d’expertise technologique à élever son niveau de qualification pour les évaluations de sécurité.

De plus, il possédait des biens familiaux de 11,77 millions de yuans (1,9 million de dollars) et était accusé de ne pouvoir justifier la provenance de 5 millions de yuans de ces biens.Le parquet a indiqué que les biens familiaux de Yang Dacai dépassaient largement le montant de ses revenus en tant que fonctionnaire. La chute de Yang Dacai a commencé après la publication sur Internet d’une photo le montrant en train de sourire sur le site d’un accident de la route ayant fait 36 morts en août 2012. Son attitude lors de cet événement avait été jugée insensible.D’autres photos sont ensuite parues sur Internet. Sur celles-ci, on peut le voir porter à son poignet des montres de luxe, lui conférant le surnom de « frère montre ». Bien que M. Yang ait expliqué avoir acheté ces montres avec son salaire, les internautes ont jugé impossible qu’un fonctionnaire ait pu se permettre d’acquérir des produits si luxueux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s