Le plus vieux métier du monde

Métier

Régulièrement, le sujet est mis sous les feux de la rampe. Quand certains crient à l’infamie lorsque des associations prônent la réouverture des maisons-closes, d’autres mettent à mal le système des réseaux qui minerait la « profession ». En Allemagne, la prostitution est depuis quelques années déjà un métier à part entière. Alors si le « plus vieux métier du monde » continuera sans-doute longtemps à en faire jaser plus d’un, quel attitude le politique peut-il adopter face à lui? Est-il bon de le renvoyer à la marginalité? Enquête.

Festival de Cannes, édition 2011. Thierry Frémaux, délégué général de l’évènement l’annonce d’emblée: le film ne va pas plaire à tout le monde. Cette année-là, le réalisateur Bertrand Bonello livre sa dernière oeuvre cinématographique, L’Appolonide: souvenirs de la maison close. Deux scènes, aux connotations claires, font particulièrement polémique: l’une fait un parallèle entre la prostitution qui sévissait en intérieur jusqu’au début du vingtième siècle au sein des maisons closes parisienne et la « prostitution de trottoir »  actuelle; l’autre présente une scène rêvée où une des héroïnes se prend à pleurer du sperme.

À la marge 

Pourquoi telle introduction me direz-vous? Eh bien, c’est assez simple: afin de mettre en évidence « la » spécificité de la profession, à savoir un métier qui existe depuis toujours et qui se maintient avec constance dans la catégorie « cachez ce sein que je ne saurais voir ». Si l’on retrouve sa trace dès l’antiquité, de célèbres fresques retrouvées par exemple à Pompéi attestant de sa présence, la prostitution reste tabou chez le politique comme dans l’opinion. Du moins en France.

Si le « Quartier Rouge » d’Amsterdam est connu dans le monde entier à la fois pour ses coffee shop et ses prostituées qui s’exposent à même des vitrines aux couleurs tapageuses, l’Allemagne se différencie de son côté pour avoir  intégrer la profession de péripatéticienne au code du travail il y a de ça 12 ans. Selon l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, le pays compterait environ 200000 prostituées, dont 65 à 80% serait étrangère. De son côté, le syndicat allemand Ver.di indique que, malgré la législation, seul 1% des prostituées seraient en possession d’un contrat de travail.

Réprimer?

Pour l’observatoire Havocscope, spécialisé dans l’étude des marchés noirs, le marché de la prostitution représenterait un revenu annuel mondial de 186 milliards de dollars: autant dire que le chiffre a de quoi attirer les convoitises. L’Allemagne a voulu leur donner un statut, la France n’a pas les mêmes perspectives. Aujourd’hui, la répression des clients a le vent en poupe chez certains politiciens.

Rater sa cible, tel est l’écueil dont on ne saurait se remettre. Avec la répression des clients, d’autres alternatives s’affrontent: encadrer la profession, relancer les maisons-closes, officialiser le métier comme c’est déjà le cas outre-Rhin. La législation actuelle est pour le moins ambigüe: interdiction des maisons-closes depuis une loi datant de 1946, condamnation du proxénétisme, interdiction du racolage passif ou actif mais pas de condamnation claire de la prostitution dans le droit pénal.

Anéantir l’esclavage sexuel

Face à la prostitution, il n’y a pas une solution miracle. Néanmoins, une chose ne fait pas de doute: il faut condamner l’esclavage sexuel. Dès lors que tout être humain est contraint à accepter un rapport sexuel non-consenti, cela s’apparente à la définition juridique du viol. Pourquoi ne pas s’inspirer de cette législation spécifique pour condamner le proxénétisme? En ce sens, il revient au législateur de distinguer la relation sexuelle tarifée consentie de celle non-consentie. Si la tâche est ardu, elle a cependant le mérite de mettre les choses aux clairs: ne pas verser dans la condamnation morale des relations sexuelles tarifées consenties, ne pas se tromper de cible. Vaste chantier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s