Le festiVal de Marne, musique(s) en banlieue

Venir au fin fond de villes de la banlieue Ouest de Paris parfois peu habitués d’évènements culturels d’envergure, c’est le pari du FestiVal de Marne, vingt-septième édition en dates. Entre pointures de la scène « musique actuelle » française et découvertes, l’évènement a su au fil des années se construire un public fidèle attentif à la programmation de qualité que l’on lui propose. « Un Oeil vers l’Ailleurs » était présent samedi à Villiers sur Marne pour un plateau réunissant le temps d’une soirée la country de Johnny Montreuil, la fièvre balkanique du duo Rona Hartner&Dj Tagada et la bonne humeur contagieuse du Babylon Circus. Récit.

  • Apéro: une contrebasse, un harmonica, un violon

JM

Mauvaise habitude: arriver en retard à un concert. Ce n’est pourtant pas l’influence d’un quelconque esprit parisien. Mais samedi soir, votre chroniqueur ne rate pas grand chose: arrivée à l’entrée de la salle Georges Brassens, perdue entre une fontaine et le petit hôtel de ville de Villiers sur Marne, l’ambiance n’est pas encore au rendez-vous. Il faut dire que l’installation n’a pas été imaginée pour le mieux: une bonne moitié du public est assis dans une rangée de fauteuil dont on ne voit pas trop l’intérêt dans un festival de musique où l’habitude et la programmation de la soirée invite plutôt à la fête. Ainsi, les « Johnny Montreuil » qui introduisent la soirée en prennent pour leur grade: malgré une énergie d’enfer, le public est à côté de la plaque. La virtuosité du violoniste, le groove du contrebassiste-chanteur et la douce folie de l’harmoniciste ne suffisent pas: la salle est comme endormie. C’est seulement à l’heure du rappel que la température commence légèrement à monter.

  • Entrée: la « Gypsy Thérapie » de Rona Hartner

RH

Alors quand arrive sur scène le souffle venu de l’Est de Rona Hartner, dont on ne pourra jamais oublier la prestation au côté de Romain Duris dans le « Gadjo Dilo » de Tony Gatlif, quelques déhanchement se font sentir. Appuyée par des musiciens confirmés, un violoniste, un accordéoniste, un clarinettiste et roi du balkan-dancefloor, j’ai nommé Dj Tagada, que l’on peut croisé tout les mois au club « La Java » à Paris, la diva se lance dans un magique tour de chant. Si le set commence par une chanson sobrement intitulée « Jesus », ce n’est pas pour rien: pour qui suit la page Facebook de l’intéressée, on remarque en quelques secondes sa forte croyance, qui lui valut notamment l’an passé l’occasion de soutenir la « Manif pour Tous ». Mais là n’est pas le principal: Rona Hartner arrive, avec les sample bien balancés de Dj Tagada à nous faire danser du début à la fin de sa prestation. Une « gipsy thérapie » qui s’avère efficace: la salle n’est plus reconnaissable. Les plus timides sont maintenant en train de sauter partout.

  • Plat&Dessert: le chapiteau enflammé du Babylon Circus

BC

Si les prestations des deux premiers groupes ont bien plu, la majorité du public est là pour ce qui est la « tête d’affiche » de la soirée: Babylon Circus. Dès leur entrée sur scène, les choses sont clairs: le groupe maitrise à merveille son live, après avoir écumé pendant des années des milliers de scènes. Les morceaux s’enchaînent, l’énergie ne les quittent pas: les cuivres s’avance dans un jeu de scène entièrement contrôlé, les deux chanteurs alternent entre tubes du groupe et morceaux issus du dernier album, « Never Stop ». On peut néanmoins regretter le manque d’originalité des morceaux qui s’enchaînent où la construction se fait sur un modèle quasi-similaire: début calme puis explosion cuivrée. Leur musique gagnerait sans doute à plus de nuances, que les mauvaises balances n’ont pas aidé à améliorer. Babylon Circus s’en sort heureusement grâce à une bonne humeur communicative: ils aiment être sur scène, faire leur show sans interruption et ça, le public le ressent. Comble de la soirée: ils réussissent après plusieurs rappels enflammés à faire se lever les mamies rétives du dernier rang. Un signe qui ne trompe pas.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s