Génération Y, un concept dépassé?

Y

On les dit désabusés, blasés, sans projets, affaiblis par une crise qui n’en finit plus. Les « jeunes », si l’on peut utiliser ce terme sans tomber dans une généralisation à outrance, sont une catégorie de la population dont on ne saura sans doute jamais y capter une ambiance générale tant il y a diversité, une catégorie que le Politique redoute de par son côté incontrôlable. Il y a peu, certains analystes ont pu employer les expressions de « digital natives », de génération Y pour qualifier cette jeunesse que l’on a tant de mal à cerner. L’analyse vaut-elle encore aujourd’hui? Rien n’est moins sûr. Point de vue.

Mais au fait, pourquoi « génération Y »? Ce n’est que très récemment que j’en ai moi-même réellement compris le sens. L’explication est simple: le Y représenterait la forme du fil du baladeur qui pend sur le torse de ces jeunes connectés. D’autres tentent une explication par la phonétique, où le Y signifierait « pourquoi ». L’expression née chez les démographes et sociologue définit la population née à partir des années 1980 jusqu’à aujourd’hui, ayant pour principal caractéristique d’avoir connu dès la naissance le numérique et ses usages, appelé dans le jargon communicationnel, NTIC, soit Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication.

Le numérique, et?

Si l’idée de « génération Y » séduit, c’est qu’elle est relativement consensuelle, elle ne fait que refléter une réalité démographique: oui, la génération née après 1980 est née le nez face à l’écran (admirez le jeu de mot). Mais, pourrait-on rétorquer, et alors? Que peut nous dire une telle donnée? Quel est l’impact de cette réalité spécifique? C’est là que les choses deviennent intéressantes.

Individualisme. Le mot est lancé, le mot est lourd. Il ne concerne pas que la jeunesse: de nombreux sociologues s’intéresse actuellement à l’étude de la société française à l’aune de l’individualisme. Et pour les jeunes? Il est sans doute le vecteur le plus intéressant de compréhension de l’impact de l’ère numérique. En effet, si le Y représente ce casque vissé sur les oreilles croisé quotidiennement dans les couloirs du métro. Plus que le casque, c’est l’écran, c’est l’écran ou les écrans qui sont aujourd’hui l’outil d’une multitude de nos activités, où nous agissons bien souvent seul face à lui.

Individu, groupe, dilemme

La ritournelle de l’individualisme est attrayante mais il serait simplificateur d’en faire une donnée générale. En effet, en parallèle d’un usage individuel des NTIC, la mode est depuis maintenant plusieurs années aux réseaux sociaux, ces endroits où une main et un pouce vont jusqu’à se monnayer. Là, l’on se retrouve suivant ses centres d’intérêt au travers de « groupes », on interagit avec ses amis, si tant est que le terme n’ait pas perdu son sens originel.

Si la tendance est à la sociabilité, voir la socialisation numérique, on ne peut sans doute pas poser de véritables certitudes sur cette jeunesse que l’on tente, non sans mal, de définir. En effet, deux tendances se superposent: il devient impensable de ne pas avoir sa page Facebook et son compte Twitter pour ne pas être « déconnecté », mais l’on reste seul à gérer cette vie parallèle. Alors peut-être, faut-il la voir cette vie parallèle comme en continuité du reste. Plus que rupture, pensons élargissement du champ des échanges.

Génération Quoi?

Les concepts de « digital natives », de « génération Y » sont sans doute des outils intéressants de compréhension, mais ils ne sont pas magiques. La société évolue, la jeunesse avec: l’essence de cette dernière se mesure aujourd’hui, dans le présent, non dans des concepts figés. À l’initiative de France 2, des sociologues se sont lancés dans une vaste enquête, justement intitulée « Génération Quoi? », interrogeant des jeunes sur la manière dont eux-même se perçoivent, se représentent leur futur. L’initiative est à saluer: ce n’est qu’en prenant son pouls régulièrement que l’on peut tenter de comprendre une population donnée. Une leçon que le Politique aurait dû depuis longtemps intégrer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s