Et les élections européennes dans tout ça?

UE

Elles sont les laissées pour compte de cette rentrée. Alors que le Parti Socialiste français, par la voix de son ministre de l’intérieur brandit les populations Rroms comme porte-drapeau du lancement de la conquête des élections municipales à venir, les élections européennes passent totalement à la trappe médiatique. Pourtant, l’Europe, les pays de l’Union, l’Euro sont dans une période charnière. Désintérêt de la population? Exacerbation de la sacro-sainte « souveraineté nationale »? Synthèse.

« 24% des personnes interrogées indiquent vouloir donner leur suffrage au FN, juste devant l’UMP (22%). Le PS ne recueille que 19% d’intentions de vote » indique un sondage IFOP publié le 9 octobre pour Le Nouvel Observateur. Alors que les partis de droite comme de gauche sont actuellement obsédés par la montée d’un Front National ne souhaitant plus être qualifié d’extrême-droite, la prospective autour des prochaines élections européennes est riche d’enseignements. Celles-ci doivent se tenir entre les 22 et 25 mai 2014 afin d’élire 751 députés européens, représentant environ 500 millions d’habitants. Autant dire que ce ne sont pas des élections de second-plan.

Souveraineté nationale versus autorité supranationale

Et pourtant, elles ne passionnent pas les foules. Une preuve de taille: le taux d’abstention à ce type de scrutin. Aux dernières élections de 2009, on pouvait compter sur quasiment 60% d’abstention, alors qu’il se situait autour de 57% en 2004. Alors d’où vient le problème? Quelle explication à ce désintérêt croissant? Sans doute la difficulté pour les états-membres d’accepter le pouvoir d’une autorité supranationale. En témoigne l’impossibilité de la mise en place d’une véritable force militaire européenne. Malgré la mise en place de la monnaie unique depuis 2002, le retour aux anciennes monnaies est régulièrement mis sur la table par certains des pays-membres.

Pied de Nez

Vous pourriez me dire: mais, pourquoi ce titre? Je m’explique. Avec les remous actuels provoqués par les récents propos de Manuel Valls, sonne un nouveau rappel à l’ordre de l’état français par l’Union-Européenne elle-même. En effet, déjà, à l’été 2010, lorsque Nicolas Sarkozy prononçait son désormais fameux « discours de Grenoble », l’UE était montée sur ses gardes, suspectant une forme de discrimination envers une population donnée. Aujourd’hui, c’est avec une polémique ouvertement électoraliste que la France est montrée comme le mauvais élève. On lui rétorquera: cela lui apprendra.

Retrouver l’esprit fondateur

Rappelons nous. Au sortir des deux guerres mondiales, quelques pays européens, sous l’impulsion du ministre français des Affaires Étrangères de l’époque, j’ai nommé Robert Schuman, décident de s’unir afin de ne pas retomber dans la barbarie, dans la continuité de la Société Des Nations (SDN). Déjà, l’émergence des conflits antérieurs avaient été favorisée par la revendications des Nations et l’éclatement des empires. Aujourd’hui, le repli sur soi, notamment représenté par les théories économiques de sortie de l’euro défendues par le Front-National, menacent le bien-fondé de l’Union. Alors n’oubliez-pas le mieux à faire: allez voter en mai prochain!

 

Publicités

Une réflexion sur “Et les élections européennes dans tout ça?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s