Revue de presse #17: Iran, dégel ou mirage?

Kh

 

  • Liban: « Iran: production en série d’un missile anti-missiles », 9 novembre 2013, L’Orient le Jour

L’Iran a commencé la production en série du missile anti-missile et anti-aérien Sayyad-2 (Prédateur-2), a annoncé samedi le ministre de la Défense Hossein Dehghan à la télévision d’Etat.Fonctionnant avec du combustible solide, « c’est un missile anti-missile et anti-aérien qui peut être utilisé contre les hélicoptères, les avions de combat et les drones », a déclaré le général Dehghan, lors d’une cérémonie.

La télévision a montré les images de l’usine, d’une demi-douzaine d’engins exposés ainsi que des images d’archives du test du missile, annoncé en avril 2011. Il s’agit d’une version améliorée du Sayyad-1, un missile sol-air de défense aérienne à deux étages, capable selon Téhéran d’atteindre des cibles à moyenne altitude et de déjouer les brouillages électroniques.

L’Iran a développé ces dernières années son programme balistique, en fabriquant de nombreux missiles de portées différentes. Téhéran assure qu’ils n’ont pas de vocation offensive mais servent seulement à assurer sa défense, alors que les Etats-Unis et Israël agitent le spectre d’une action militaire pour dissuader l’Iran de se doter de l’arme atomique.

  • Russie: « Genève-2: Moscou considères les tentatives d’exclure l’Iran inadmissibles », 7 novembre 2013, Ria Novosti

Les ultimatums de certains pays qui souhaitent exclure l’Iran des discussions sur le règlement pacifique du conflit syrien sont totalement inacceptables, car la conférence Genève-2 prévoit la participation de toutes les parties impliquées dans ce conflit, estime le vice-ministre russe des Affaires étrangères Guennadi Gatilov.

« Les tentatives de poser des ultimatums en ce qui concerne la participation de tel ou tel pays sont contreproductives et ne contribuent pas à créer un fond politique favorable à la convocation de la conférence », a déclaré M. Gatilov dans une interview au quotidien Rossiiskaïa Gazeta qui paraîtra vendredi.

Le vice-ministre répondait ainsi à la proposition de rayer l’Iran de la liste des participants à la conférence Genève-2. Cette proposition a été faite par le Qatar et l’Arabie saoudite qui ont menacé, en cas de refus, de boycotter ce forum international. Selon M. Gatilov, la tendance de certains Etats à dresser la liste des participants compte tenu de leurs intérêts politiques n’est pas de nature à assurer le succès de la conférence.

  • Algérie: « Accord sur le nucléaire iranien: on y est presque… », 10 novembre 2013, El Watan

Les négociations entre les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Chine et la Russie et l’Iran autour d’un «accord intérimaire» sur le programme nucléaire iranien, se sont poursuivies, hier, avec plus de sérieux et d’engagement à parvenir à un accord historique. Ils y étaient presque parvenus à Genève, n’étaient quelques «différences de vues» entre les représentants des grandes puissances, notamment la France, qui ont exprimé des réserves. Mais l’espoir reste intact de déblayer le terrain à un accord final qui semble emballer les autres pays européens et les Etats-Unis. L’Iran a prévenu que faute d’accord hier dans la soirée, au troisième jour des pourparlers, un nouveau round de discussions devrait être organisé plus tard et la négociation ne se prolongerait pas aujourd’hui.

La faute à l’insistance du chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, à demander un «engagement plus fort» de l’Iran sur certains volets de son programme nucléaire, susceptibles d’avoir une vocation militaire. Une position qui semble avoir chiffonné ses paires européens qui n’ont pas hésité à l’exprimer publiquement.

Comme il fallait s’y attendre, Israël qui ne conçoit pas des relations internationales sans crise, a très vivement mis en garde contre un éventuel accord avec l’Iran. Pour Tel-Aviv, la perspective d’une réconciliation entre l’Occident et l’Iran constitue presque une question de vie ou de mort. Un cauchemar à éviter, quel qu’en soit le prix.

  • Chine: « Le président iranien définit l’enrichissement d’uranium domestique comme une ligne rouge », 10 novembre 2013, Xinhua 

 Le président iranien Hassan Rohani a déclaré dimanche que l’enrichissement d’uranium domestique est la ligne rouge de l’Iran et aucune concession ne sera faite à cet égard, a rapporté Press TV.

Le président a tenu ces propos après trois jours de négociations intensives sur le nucléaire entre l’Iran et le groupe P5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France plus Allemagne) qui se sont terminées samedi à Genève, et au cours desquelles aucun accord n’a été atteint. Le monde doit faire confiance à l’Iran et au peuple iranien, pour que ces derniers puissent jouir de leur « droits nucléaires juridiques », a souligné le président, réaffirmant que son pays ne souhaite utiliser l’énergie nucléaire qu’à des fins pacifiques.

« Les droits des Iraniens et les intérêts nationaux sont notre ligne rouge, et incluent les droits nucléaires respectant les règlements internationaux et l’enrichissement d’uranium sur la terre d’Iran », a indiqué le président cité samedi par l’agence de presse officielle IRNA.

« Du discours aux actes, nous avons clairement démontré aux négociateurs que les menaces, les sanctions, les humiliations et les discriminations (pour faire revenir l’Iran sur sa décision) ne feront rien, et que l’Iran ne s’est jamais incliné face à une puissance et ne le fera pas », a affirmé M. Rohani au parlement iranien.

  • Iran: « Rafsandjani: le dialogue de Genève, un tournant dans l’histoire de l’Iran et du monde », 9 novembre 2013, IRIB
«Les négociations entre l’Iran et les 5+1, à Genève, sont un tournant, dans l’histoire de l’Iran et du monde», a souligné le Président du Conseil du discernement du bien de l’Ordre islamique, l’Ayatollah Hachemi Rafsandjani. «Si ces négociations positives avancent, elles auront d’importants résultats, en matière, entre autres, d’instauration de la sécurité, de l’usage de l’énergie, à l’échelle internationale, et de la stabilisation de la région», a-t-il indiqué.
Qualifiant d’exhaustif et d’intelligent, le plan proposé par la République islamique, pour ce round des négociations, l’Ayatollah Rafsandjani a fait remarquer : « Ce plan a montré que l’Iran n’est pas à la recherche de la production et de l’utilisation de l’arme nucléaire et n’a d’autre objectif que de faire valoir ses droits, par rapport à l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire ». Et le Président du Conseil du discernement du bien de l’Ordre islamique de conclure : «Le régime sioniste est isolé dans le monde. Si les 5+1 sont sincères, ils ne devront pas se laisser influencer par les extrémistes et les maximalistes».
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s